5 au 19 avril: Avec ou sans Elan?

Publié le par Maël Garré, Antoine Alins, Maxime spagnol

5 au 19 avril: Avec ou sans Elan?

Bien le bonjour!

"Y'a d'la joie, bonjour, bonjour les hirondelles, Y'a d'la joie, dans le ciel par-dessus le toit, Y'a d'la joie et du soleil dans les ruelles, Y'a d'la joie, partout y'a d'la joie." Merci mon cher Charles d'égayer certaines de nos journées mais il me semble que le printemps tel que tu le décris est un peu trop idyllique. Bon, ok pour les hirondelles, mais le soleil où l'as-tu vu? Peut-être trône-t-il sur le ciel français mais ce n'est pas le cas ici, à Bodzentyn. Et vous savez quoi? Je pensais ne plus avoir à parler d'elle dans un article, mais elle n'en fait qu'à sa tête, la neige est encore parmi nous... Nous qui travaillons dehors on en veut plus, compris! Ces deux dernières semaines de prospections ont donc été quelque peu entachées par une météo assez défavorable, mais nous avons tout de même pas mal de choses à vous raconter... Alors allons-y!

Comme nous vous l'avions annoncé dans le précédent article, nous avons passé le weekend de Pâques en compagnie d’Arek et sa famille, dans la ville de Rekowice, à 60 km au sud de Varsovie. Comme nous vous l'avions également mentionné, Pâques est une fête très importante pour la population chrétienne polonaise, nous avons pu nous en rendre compte par nous-même. Arrivés assez tard dans la nuit de samedi à la maison familiale, nous avons pu apprécier une bien courte nuit... Car à 5h30, tout le monde debout! Pour un dimanche ce n'est pas évident mais tradition oblige, nous avons pris la route de l'église avec toute la famille. Une messe à 6h du matin, qui de nous aurait pensé faire ça en arrivant ici? Mais pourquoi pas! Tout le village s'était donc réunit afin de célébrer la résurrection de Jésus-Christ. Les polonais ont d'ailleurs une manière bien à eux d'annoncer au monde l'heureuse nouvelle. Alors que tout le cortège de croyants effectuait trois tours d'église en chantant, nous avons été surpris par une tradition plutôt originale. Afin que la nouvelle se répande au plus loin, les jeunes font exploser des gros pétards, espérant faire le plus de bruit possible, sans jamais troubler la marche paroissienne. Assez surprenant n'est-ce pas? Aura succédé à cette célébration religieuse un enchainement de repas, débutant donc à 8h30 du matin et prenant fin à 19h, avec au menu: œufs de Pâques (mais des vrais cette fois-ci), barszcz spécial Pâques (soupe de betteraves garnie d'œufs durs, de saucisse et de rôti de porc), bigos (ragout aux choux), une tonne de charcuteries, de somptueux gâteaux maison et la fameuse bimber, sorte de gnôle artisanale distillée par l'oncle de la famille, Na zdrovie ! Ce marathon de la nourriture nous aura permis de rencontrer une bonne partie de la très conviviale famille d’Arek lors de la seconde étape, chez la mamie...

Et c'est chez cette charmante dame que nous avons pris un peu l'air afin de faire descendre tout ce que nous avions ingurgité, alors qu'il n'était pas encore midi. Nous étions à quelques pas de la Wisla, plus importante rivière de Pologne, prenant sa source dans la chaîne montagneuse des Tartas (Carpates en français), passant par Cracovie et Varsovie et qui se jette dans la mer Baltique, plus précisemment dans le Golf de Gdans . Petite virée en "Gondoles" polonaises appartenant à la famille et devinez qui est venu pointer le bout de son bec au moment où on l'attendait le moins... Un pygargue à queue blanche, l'emblème historique de la Pologne!!! C'est quand nous tentions de nous stabiliser tant bien que mal sur les petites embarcations que ce majestueux rapace a décidé de prendre son envol, surement dans le but de nous distraire et nous envoyer goûter à la fraîcheur de l’eau trouble! Mais que c'était beau! Le plus grand des aigles d’Europe est assez fréquent sur les rives de la Wisla, sur lesquels un certains nombres de couples nicheurs sont recensés chaque années... Eh bien voilà de quoi nous faire oublier les crampes d'estomac durant quelques instants! Nostalgie écossaise pour deux d'entre nous... Pour la suite de la journée, repas, repas, et sortie en boite de nuit! Attention!

Le lendemain Arek et sa petit-amie Karolina nous avaient prévu une petite visite de Varsovie. La capitale polonaise, contrairement à Cracovie (ancienne capitale polonaise), a été entièrement ravagée par la seconde guerre mondiale. Bien que la plupart des édifices historique aient été abattus, la ville natale de Marie Curie n'a pas pour autant perdu tout son charme, elle en reste même plutôt sympathique pour se pavaner après un dur réveil quelque peu encroûté! Enfin voilà, un long weekend (jusqu'à mardi) plein de traditions et de découvertes au sein d'une famille des plus accueillantes, un régal!

Nous aurions dû reprendre le travail le mercredi, mais la météo en décida autrement. Une journée de repos, quoi de mieux au pays des corbeaux freux? C'est donc au petit matin du jeudi suivant que nous avons repris notre chemin vers les traces du Pic à dos blanc. Je vous avais parlé d'un protocole national que nous avions appliqué avec Pawel il y a quelques semaines. Et bien cette fois-ci, il nous a été confié. Douze points d'écoutes de dix minutes à effectuer sur les hauteurs de Wola Szczgielkowa, et un Pic à dos blanc, deux Pics noir et quatre Pic épeiche... Voilà qui est pas mal!

Le soir nous avons rejoint Pawel pour un second inventaire, mais celui-ci s'intéressant aux rapaces nocturnes. Mais si, souvenez-vous, nous en avions fait un également il y a une quinzaine de jours! Allez un indice, la Chouette chêvechette... Ça y est, ça revient? Cette nuit nous avait réservé de belles surprises, et bien rebelote! Alors que nous arrivions dans la forêt nationale, proche de Zagnansk, Pawel nous conta moults anecdotes qui le liait à cet immense boisement. Quand entre deux histoires, il stoppa net son véhicule et nous fit signe d'orienter notre regard sur notre droite. Et là, stupéfaction, à moins de vingt mètres de nous se tenaient deux individus de la plus grande des espèces de mammifères terrestre d’Europe, une femelle Elan et son petit, déjà grand de plus de deux mètres. Cinq minutes de bonheur durant lesquels les deux cervidés nous ont regardés, nullement effrayé, allant même jusqu'à se rapprocher de nous, poussés par la curiosité que pouvez susciter en eux le petit bolide à quatre roues. Cet animal assez majestueux est migrateur, il passe donc occasionnellement par le parc de Świętokrzyskie et les forêts avoisinantes. Quel grand moment, je vous assure... Oh oh, les gars, on se réveille, nous sommes venu là pour travailler non? Alors allons-y! Allez hop, on s'adapte au rythme du protocole et on tend l'oreille. Juste avant que la nuit ne tombe, deux Chouettes chevêchette nous gratifièrent une seconde fois d'un superbe balais au-dessus du chemin forestier... Mais que nous arrive-t'il ce soir? Mère nature aurait-elle décidé de nous faire plaisir? Et ce n'est pas finit, alors que nous n'étions qu'au premier point d'écoute, un chant que nous n'avions encore jamais entendu retenti dans la forêt nationale... Mais qu'est-ce? Eh eh, la Chouette de... de ... de Tengmalm bien sûr! Et une nouvelle Chouette pour nous... Résultats de la soirée: 3 Chouettes chevêchette; 3 Chouettes de Tengmalm et une Chouette hulotte. Autant dire que l’on n’est pas resté sur notre faim cette fois-ci!

Cette semaine en revanche, ne fût pas des plus fructueuses. Les dieux de la météo ont décidés de nous empêcher de prospecter correctement. Effectivement, mauvais temps, mauvais temps et... mauvais temps. Quand je vous dis qu'il a neigé ce n'est pas une blague. Tempête de vent, pluie, grêle, auront fait de cette semaine un quasi zéro pointé en ce qui concerne nos observations et notre recherche de nid de Pics à dos blanc. Peu de choses à vos raconter donc, juste quelques observations: un nid de Pigeon colombin, un nid d'Autour des palombes ainsi que l'arrivée de Bondrées apivores et des premières hirondelles rustiques, bien vu monsieur Trenet! Le parc accueillait également une conférence internationale cette semaine durant laquelle certains représentants d'un parc national américain venaient présenter un mode de gestion permettant de réduire l'intervention de l'homme en anticipant les éventuels déséquilibres impactants la biodiversité. Sujet apparemment très intéressant mais malheureusement, auquel nous n'avons pas été convié...

En somme, un weekend et une première semaine forts en émissions, une seconde semaine en demi-teinte... Allez, chaque semaine est différente, la semaine prochaine devrait être de même visage que la précédente, toute aussi nuageuse, mais nous ne lâcherons rien!

Ne tenons à remercier Arek et toute sa famille pour ce weekend fort sympathique passé avec eux... Merci également à vous de nous suivre articles après articles! Bonne soirée à tous!

Do widzenia!

Les copains sur la place de Zamkowy, devant le Château royal - Varsovie

Les copains sur la place de Zamkowy, devant le Château royal - Varsovie

Elan (Cervus cervus)

Elan (Cervus cervus)

Aube sur la corbetière, (4h15 - vue de notre fenêtre)

Aube sur la corbetière, (4h15 - vue de notre fenêtre)

Bruant jaune (Emberiza citrinella)

Bruant jaune (Emberiza citrinella)

Mare forestière à Wola Szczgielkowa

Mare forestière à Wola Szczgielkowa

Mésange noire (periparus ater)

Mésange noire (periparus ater)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Manon Tissidre 09/05/2015 13:21

Même si on bave un peu devant vos images magnifiques dans cette ambiance incroyable qui donne un charme supplémentaire à l'Europe de l'Est, vivement votre retour chez nous ... Antoine, tu manques aux 80 bénévoles du centre de soins !

Profitez bien de ce dépaysement et de ces paysages sauvages, à bientôt.

Manon

LEBAS JF 30/04/2015 18:13

Bien le bonjour à nos deux ex-apprentis et leur troisième compère. Super intéressant votre blog. Merci de partager avec nous vos aventures! Max je t attends pour monter les filets à Lassy le 12 mai. Ok ?

Durand isabelle 24/04/2015 18:25

Cc,toujours tres intéressant de vous lire!je vous embrasse a bientôt