9 au 15 Mars: Chevaleresque Cracovie

Publié le par Maël Garré, Antoine Alins, Maxime spagnol

9 au 15 Mars: Chevaleresque Cracovie

Salut, salut!

Comment va notre chère France? Comment se prépare-t-elle pour ce weekend plein de phénomènes naturels exceptionnels?! Sachez que nous envions les veinards qui pourront assister à "la marée du siècle" où autre éclipse solaire. A quelques 400 kilomètres à vol d'oies de la première rive baltique, nous aurions aimé assister au plus grand marnage de notre génération mais cela ne sera pas possible. Nous vous laissons donc en prendre plein les yeux pour nous...

C'est encore fatigués et chamboulés de notre weekend que nous revenons sur nos dernières petites aventures. Bonne lecture à vous!

Nous nous étions quittés lors de notre retour de la resplendissante ville de Sandomierz. Après deux journées touristiques, nous avons retrouvé notre cher Parc National de Swietokrzyskie et ses fameux pièges à insectes. Nous avons, durant les deux premiers jours de la semaine, installé de nouvelles trappes sur des secteurs que nous ne connaissions pas pour certains. Je ne reviendrais pas plus en détail sur cette tâche puisqu'elle est identique à celle réalisée la semaine précédente. Toutefois, nous sommes heureux de ne pas devoir relever les pièges nous-même tous les quinze jours, surtout quand on connait leur nombre et la distance qui les séparent...

Mercredi, Pawel a pu dégager un peu de temps pour venir prospecter avec nous. Accompagné de notre guide expert en Pics en tout genre, c'est avec plein d'espoirs que nous sommes partis arpenter le versant sud du mont Lysica. Et bien, à croire que l'ornithologue n'attire pas plus les oiseaux que trois petits apprentis en la matière (qui de plus sont étrangers), puisque nul "piaf" recherché ne se montra. Tant d'espoirs anéantis, une journée si prometteuse... Mais comme nous le savons bien, rien n'est plus imprévisible que la nature, il faut donc prendre son mal en patience et attendre des jours meilleurs. Surtout que le printemps semble ne pas être loin...

Puisque nous sommes "d'infatigables travailleurs", nous sommes partis le soir même, toujours avec Pawel, dans la forêt de Swieta Katarzyna. Lampes frontales vissées sur nos petites caboches, nous sommes allés à l'écoute de la forêt et de êtres qui hantent et brisent l'obscur silence de la nuit. Ce n'est un secret pour personne, et comme leur nom l'indique, les rapaces nocturnes règnent sur les nuits forestières, et c'est bien eux que nous recherchions. Autant vous dire que ces animaux volants se déplacent bien plus facilement la nuit, en forêt, que de pauvres humains dépourvus d'ailles et de vision nocturnes que nous sommes. Des racines, des éboulis et des roulés boulés. Nous avons vu plus de chutes que de Chouettes, et pourtant cinq d'entre elles se sont manifestées, c'est dire à quel point nos mouvements sont agiles et délicats... C'est donc grâce à la technique de la repasse et de nos oreilles bien tendues, que nous avons pu distinguer cinq Chouettes hulotte sur trois secteurs différents. Le but de cette recherche était de contacter les animaux de nuit, période durant laquelle ils sont les plus actifs, de les localiser et d'essayer de cibler leur territoire afin de faciliter les prospections diurnes durant lesquelles nous rechercherons les nids. Trois territoires trouvés, trois couples potentiels, c'est un bon début dirons-nous. Voilà de quoi rattraper cette journée. Bien que l'orat de la Chouette de l'Oural n'ait pas retenti dans l'immensité du boisement, chose que nous attendions, la soirée fut fort agréable.

La journée de jeudi fût semblable à celle de lundi et mardi, à un détail près, les pièges que nous avons posés furent les derniers. Nous passons donc le relai aux forestiers qui viendront leur rendre visite tous les quinze jours. A vous de jouer les gars!

Le dernier jour de la semaine ne fût pas des plus acharnés. La météo n'étant pas très clémente, nous sommes restés autour du centre. Se fût l'occasion pour Pawel de nous présenter une technique d'observation que nous utiliserons plus tard. Le principe est simple mais pas des plus pratiques. Le but est d'observer les Chouettes ainsi que leurs poussins dans les nids lors de la période de nidification. Comment faire? Nous sommes trois, 1m80 de moyenne, plein d'ambitions, il nous suffit de faire une échelle humaine et nous pouvons observer des nids perchés jusqu'à plus de cinq mètres. Non non non pas de blague, même si notre couverture santé européenne est à jour, ne prenons point trop de risques. La technologie maintenant fait des miracles et c'est donc grâce à une webcam perchée sur une canne rétractable et reliée à un ordinateur portable que nous pourrons mener à bien notre travail, en évitant les situations périlleuses. Nous nous imaginons déjà, perdus au beau milieu de la forêt, avec comme seul matériel nos jumelles et... un ordi, un câble de dix mètres, une canne pouvant atteindre elle aussi les dix mètres et une magnifique webcam. Les naturalistes du XXIème siècle quoi! Enfin voilà, une journée de travail qui se termine à 11h, quoi de mieux pour un vendredi?

Cette demi-journée de repos ne pouvais pas mieux tomber puisqu'il paraissait indéniable que notre weekend vers la ville de Cracovie demande quelques préparatifs...

Nous nous sommes donc levés aux aurores samedi matin afin de sauter dans le premier bus, de rejoindre la ville de Kielce au plus tôt, et d'y récupérer un bus à destination de Cracovie. Bus que nous avons failli ne jamais prendre puisque la journée aurait pu très mal démarrer. Il faut savoir qu'en Pologne, et non pas comme en France, nous devons traverser sur les passages piétons et nul part ailleurs, surtout en ville. Hein les gars vous le saviez ça non? Et bien voilà notre première rencontre avec les autorités polonaises. Alors que nous arrivions sur le parking de la gare routière, un camion de police se dirigea droit vers nous. L'un des deux hommes nous fît signe de nous approcher et se fût le début d'une scène plus que comique. Voyant que nous ne comprenions rien, les "flics" ont commencé à nous mimer l'infraction qu'ils souhaitaient verbaliser, et c'est lorsque l'un d'entre nous a présenté son passeport qu'ils nous ont gracieusement laissé partir. Par chance, car l'un de nous avait oublié le sien, ce qui aurait pu lui coûter quelques heures à s'expliquer en Polonais... ou en franglais ! Enfin bon, problème résolu, nous pouvons monter dans le bus. Du moins c'est ce que nous croyons, puisque celui-ci était déjà plein. En Pologne, la plupart des bus sont des moitiés des bus, qui sont pas la plupart du temps blindés. Sauf que pour cette fois-ci, pas de place dans l'allée, on attend le prochain. Arrivés à Cracovie nous nous sommes dirigés vers la ligne de bus à destination de Auschwitz-Birkenau, afin d'aller visiter les tristes camps de concentration et d'extermination du IIIème Reich. Nous ne pouvions pas nous tromper, c'est là que se trouvée la plus grande foule. Et alors que tous les autres quais, vides, étaient accostés d'un grand bus, notre quai, rempli de visiteur ne présentait qu'un demi, une nouvelle fois. Le second bus sera finalement le bon, et son attente aura était plutôt bénéfique puisque que nous y auront rencontré un groupe de français et une polonaise parlant parfaitement notre langue, avec qui nous passerons le weekend!

Quatre heures de visite en français sur le site (moins les 3/4 d'heure de retard dû au bus), nous auront permis de nous rendre compte de la cruauté et de la terreur qu'ont subi des centaines de milliers d'enfants, d'hommes et de femmes. L'émotion pesante dénonça l'incompréhension de tous face à de tels actes, surtout lors de la visite du camp II, celui de Birkenau, resté intact depuis la libération. Le camp I d'Auschwitz ayant pris la forme d'un musée. Nul doute, ces 4 heures resterons à jamais gravés dans nos mémoires. Les chiffres annoncés et les anecdotes narrées, pour certaines encore visibles sur les murs, résonneront pendant longtemps dans nos têtes, mais nous regretterons en aucun cas cette visite, bien au contraire.

Le soir même, après avoir trouvé une auberge de jeunesse qui avait encore de la place, nous avons rejoint nos amis du weekend sur la place centrale de la ville. Par chance, notre rencontre polonaise ayant une amie Cracovienne parlant elle aussi parfaitement le français (elles avaient étudié 2 ans auparavant à Strasbourg), nous avons pu passer une super soirée en dehors des sentiers touristiques. Après avoir fait un tour de la ville "by night", nous avons passé notre soirée à Kazimierz, l'ancien quartier juif de Cracovie, dans lequel nombre des locaux s'y réunissent pour festoyer. Un régal!

La journée de dimanche, on ne peut plus ensoleillée, nous aura permis de nous rendre compte pleinement de l'extrême beauté de cette ville ! Cracovie n'ayant que très peu été impacté par la seconde guerre mondiale, a pu conserver son charme et la grandeur de ces édifices. Cette ville est juste incroyablement belle, et l'affluence touristique en cette période non-estivale témoigne de son charme. Après avoir erré les yeux grands ouverts, à travers les rues toutes plus belles les unes que les autres, nous n'avons pas pu résister à la proposition d'une de nos amie du weekend d'aller manger dans un restaurant... français! A que c'est bon de retrouver du bon vin, de la bonne musique et de la bonne nourriture... Mais qu'ils sont chauvins ces français! Comme si cela faisait des années que nous étions partis, nous nous sommes régalés en retrouvant quelques saveurs de notre pays natal.

Voilà tout pour cette semaine et pour ce weekend qui restera sans aucun doute l'un des moments forts de notre séjour en Pologne. Un célèbre humoriste disait: "l'horreur est humaine!", je me demande encore si ces êtres étaient humains...

Merci à nos "amis du weekend" pour ces agréables moments passés avec votre compagnie.

Quand à vous, lecteurs assidues ou occasionnels, nous vous donnons rendez-vous très bientôt! Sur-ce profitez bien des fabuleux spectacles que peut nous offrir la nature au quotidien...

Do vizenia !

Le travail rend libre

Le travail rend libre

Auschwitz 1

Auschwitz 1

Auschwitz 2 (Birkenau)

Auschwitz 2 (Birkenau)

Basilique Sainte-Marie (Cracovie)

Basilique Sainte-Marie (Cracovie)

Cathédrale du Wawel

Cathédrale du Wawel

Rynek, Place du marché de Cracovie

Rynek, Place du marché de Cracovie

Do vizenia !

Do vizenia !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

L. robin 19/03/2015 09:45

Bonjour,
un petit message pour vous donner la date de la journée anniversaire des 10 ans du BTS du CFA de Saint Aubin du Cormier : Samedi 19 septembre 2015.
Et donc, nous comptons sur votre présence, avec... des photos ? des spécialités polonaises ? un film ?
Sinon, votre widget d'abonnement ne fonctionne pas. Plusieurs personnes attendent en effet d'être averties et en sont restées à votre premier billet. A vérifier donc.

Avant dernière info : nous serons avec Loïs et Sylvain à Bielowieza du 10 au 16 mai. On s'y voit ?

Enfin : Loïs va vous contacter pour vous donner des informations sur les atlas européens en cours.

Voilà, je n'ai pas lu votre message du jour, je garde ce plaisir pour ce soir.